La couvertine : un élément essentiel pour votre toiture

La couvertine : un élément essentiel à la pérennité de l’étanchéité de votre toit terrasse ?

La couvertine en continu fait partie intégrante du complexe d’étanchéité de votre toit terrasse.

Quelles sont les règles de base nécessaires à la bonne conception d’une convertine ?

La couvertine est un élément de protection et d’étanchéité de la partie supérieure d’un mur ou d’un acrotère (muret tout autour de votre toit terrasse). Elle joue le rôle de dispositif empêchant les eaux de ruissellement et de rejaillissement de s’introduire derrière les relevés d’étanchéité.

AU BAC D’EAU vient envelopper les acrotères avec la membrane d’étanchéité EPDM et ce sont les couvertines qui viennent ensuite habiller les acrotères tout en finalisant le système d’ étanchéité.

En cas d’isolation par l’extérieur des façades, la couvertine est amenée à assurer également l’étanchéité de la tête de l’ITE. Pour cette raison, AU BAC D’EAU travaille en collaboration avec les différentes artisans afin de penser en amont les contraintes techniques et y répondre de manière coordonnée avec eux.

Couvertine alu & coiffe d’acrotère

Quelles sont les contraintes à respecter pour une mise en œuvre sans problème des couvertines ?

  • La couvertine en continu doit être pentée au minimum de 5% en direction de la toiture pour rabattre les eaux sur celle-ci (et non à l’extérieur)
  • Elle doit comporter de chaque côté une retombée de hauteur permettant d’obtenir un recouvrement suffisant avec l’ITE et la tête du relevé d’étanchéité du toit terrasse.
  • La couvertine doit être protégée contre la corrosion : AU BAC D’EAU pose des couvertines en aluminium laqué la plupart du temps et peut également prévoir sur demande dans un autre matériau tel qu’en acier avec protection adaptée à l’environnement de l’ouvrage.
  • La couvertine doit résister aux effets de dilation : pour cette raison le système de pattes de fixation et la limitation de la longueur des éléments est important même si la couvertine est posée en continu elle doit être limitée à une certaine longueur selon la nature et l’épaisseur de l’alu par exemple. En général, AU BAC D’EAU pose des couvertines en 10/10e afin d’assurer une rigidité suffisante pour éviter qu’elles ne se déforment dans le temps.
  • Elle doit être parfaitement étanche, en particulier au droit de la jonction entre 2 éléments qui doit être conçue pour qu’à cet endroit, l’eau soit drainée et récupérée sur la terrasse.
  • Elle doit être dimensionnée, de même que son système de fixation, pour résister aux effets du vent. Plus la couvertine est large et plus la prise au vent risque d’être importante.

coiffe d’acrotère loire atlantique

Quelle documentation technique consulter pour concevoir et réaliser une couvertine ?

Ils sont peu nombreux et ne fournissent pas de dimensionnements prédéterminés mais peuvent donner des indications sur la conception générale :

  • RAGE 2012 : isolation thermique et étanchéité des points singuliers de toitures avec éléments porteurs en maçonnerie
  • Cahier CSTP 3035-V2 (2013) : système ITE par enduit sur polystyrène expansé
  • DTU 40.41 (2004) couvertines par éléments métalliques en feuilles de zinc : cahier des clauses techniques qui définit les couvertines en zinc qui , comme vous pourrez le constater, sont peu fréquentes dans le domaine de l’étanchéité, puisque l’aluminium est un matériau plus privilégié pour réaliser les couvertines.

Qui doit réaliser les couvertines : l’entreprise d’étanchéité ou le corps de métier ayant réalisé ITE ?

Dans ce cas de figures où la couvertine fait partie de 2 ouvrages réalisés par 2 corps d’état différents, c’est celui qui la prendra en charge qui aura la responsabilité de finaliser un ouvrage qu’il n’a pas réalisé.

AU BAC D’EAU, dans le cas de marché accepté, souhaite maîtriser l’étanchéité de la pose de la membrane à la pose des couvertines qui font partie intégrante du complexe d’étanchéité.

Il faut bien comprendre que réaliser des couvertines en continu sur un ouvrage que nous n’avons pas réalisé engage notre responsabilité et notre décennale. Il est donc indispensable de ne pas séparer le lot couvertine du lot étanchéité.

Couvertine alu & coiffe d’acrotère loire atlantique